Martinique - Marseille

• Des poissons... et un peu d'alizé

 

Jeudi 4 février 2010 17 h 30 TU-1

L : 14°23'3 N G : 048°37'3 W

Cap : 270° Vit : 5 noeuds

 

Bonjour les Terriens,

Encore une journée bien ensoleillée, une mer presque d'huile, les vents

d'alizés s'essouflflent. Notre vitesse s'en ressent et notre moral

aussi. Il faut dire que ces derniers temps, on était plus habitué à

faire de bonnes moyennes mais depuis le lever du soleil, le vent d'est

mollit pour ne souffler qu'à moins de 10 noeuds et encore dans les

claques. S'il n'y avait pas la houle, cette journée serait bien

monotone.

Ce rythme affecte l'équipage qui est bien nonchalent aujourd'hui. La

fatigue certainement et le fait de s'appuyer sur les moteurs. Le ronron

régulier Yanmar a le don de nous endormir.

Heureusement, une belle dorade coryphène a rompu notre train train en

ayant la bonne idée de mordre à notre ligne. Ce qui est dingue, c'est

que le leurre est minuscule, qu'il reste en surface... et qu'il marche

plutôt bien alors qu'on aurait pas parier un centime sur ses chances

d'attraper quoi que ce soit. Deux dorades en 24 heures, il faut le

garder celui là.

Du coup Charlotte s'occupe des filets qui vont retrouver ceux d'hier

(bien entammés pendant les 2 repas).

Cette pêche miraculeuse a eu deux effets bénéfiques, d'une part

économiser le gaz, qui ne va pas tarder à manquer, et de reveiller

l'équipage au moment où la chaleur atteint un pic dans le cockpit. On ne

va pas se plaindre, il parait qu'il fait froid en France !

Pour revenir au gaz, on s'est fait arnaquer à Ténérife. Un "gentil"

vendeur nous a rempli notre bouteille pour la somme raisonnable de 10 €,

ce qui semblait normal, mais il ne l'a pas rempli entièrement de butane.

Elle nous a duré à peine 5 jours. J'en avais bien sur une autre en

réserve et je pense que nous n'en avons plus pour longtemps. Donc

économie de gaz oblige, plus de boissons chaudes la nuit pendant les

quarts, et petit déjeuner froid pour avoir au moins un repas chaud le

soir. Pas facile tous les jours la vie de marin. Il reste encore la

solution de se faire chauffer de l'eau dans les cales moteurs quand nous

les mettons en marche.

Demain, nous changeons d'heure. Nous enlèverons encore une heure à notre

montre d'habitacle. Ce nouvel horaire bousculera encore un peu notre

rythme... et c'est tant mieux.

La lecture commence aussi à manquer, les vidéos ont presque toutes été

vues. Va falloir trouver de nouvelles occupations. J'ai quelques

idées... en prévision de notre arrivée en Martinique, comme un grand

ménage..

 

18 h 45 TU-1

L : 14°23'6 N G : 048°43'8 W

Cap : 270° Vit : 5,5 noeuds

La ligne de traine vient de se tendre... et c'est un waouwaou ou un

thazard de 80 cm cette fois ci qui termine notre bonne journée de pêche.

Au moins ça diversifiera les repas poissons. Pour le thazard pas de

filets mais de belles darnes. La ligne et notre leurre fétiche sont

remontés. 4 dorades et 1 thazard en 72 heures, c'est une bonne moyenne

et ça nous suffit. Il nous reste encore quelques journées pour améliorer

nos prises. Dans tous les cas, les poissons seront mangés puisque nous

avons un petit congélateur pour les garder bien frais.

Le vent mollit encore pour atteindre la vitesse de 3 noeuds réels, ça

décoiffe.... démarrage des moteurs, génois enroulé au moins on avancera

un peu cette nuit et les batteries seront rechargées. Il reste du gazole

donc autant ne pas se priver.

 

Vendredi 05/02/10 9 h 45 TU-2

L : 14°21'1 N G : 050°05'7 W

Cap : 270° Vit : 4 noeuds

Les moteurs ont tourné toute la nuit, pas un souffle d'air jusqu'à ce

matin où l'alizé soufflote à une dizaine de noeuds au mieux. Au moins il

est NE et nous pousse doucement vers la Martinique. Les moteurs ont eu

droit à un peu de repos et un check up complet, les batteries sont à

bloc. Le ronron régulier a enfin cessé.

Toujours un beau soleil, une chaleur déjà étouffante, une mer chaude et

belle...  personne à l'horizon. La tranquilité. Changement d'heure

effectué. Il est à peine 10 heures et on crève déjà de chaud dans le

carré et même le cockpit. On recherche un peu d'ombre. Ce régime va

durer pendant 2 jours d'après les fichiers météo. La pétole, dire qu'on

avait du vent à foison jusqu'aux Canaries, presque trop parfois...

Finalement, la ligne de traine est repartie à l'eau et nous attendons

les prochaines prises, un peu d'animation pour les longues prochaines

heures sans vent. On est juste entre l'anticyclone et la depression

installée plus Sud. D'ou cette zone de m.... où ça souffle et

s'essouffle. Fait chaud, très chaud !

 

14 h 40 TU-2

L : 14°21'N G : 050°28'W

Cap : 270° Vit : 6 noeuds

La mer est juste ridée par un vent de 4 noeuds, le bateau ronronne à

nouveau... la pétole est bien installée et pour de bon. On a bien tenté

de lutter quelques heures pour reculer le moment où la risée Yanmar

allait prendre le relai, mais bon... 5 milles en 2 heures, ce n'est plus

possible. On a presque le leurre de la ligne de traine qui nous dépasse.

Comme il reste du gazole en réserve, autant ne pas se priver de faire

avancer la barque.

Quelle misère ces conditions ! de toutes façons on n'est jamais content

! quand il y a du vent, y'en a trop ou pas dans la bonne direction...

toujours un moyen pour ne pas être satisfait de ce qu'on a.

 

Samedi 06/02/10 5 h TU-2

L : 14°22'7 N G : 051°56'9 W

Cap : 270° Vit : 5,5 noeuds

Le vent accorde un repis aux moteurs... l'alizé a repris un peu de

vigueur, une dizaine de noeuds établis, mais ça permet de maintenir

notre vitesse. Nous sommes à 520 milles de la Martinique. Arrivée prévu

au plus tard mercredi. Charlotte repart illico pour un charter sur Saint

Martin, il n'y a pas (ou plus) de temps à perdre.

 

Les petits messages perso :

Saluch Ronanch : Je ne manque de rien.... sauf de vent. Quelle misère

ces alizés ! Enfin c'est bientôt la fin ! On se voit au retour. J'ai eu

l'adresse mail de Guitouch d'Horta par Laure et Bruno qui étaient à

Horta en même temps que nous et que j'ai vu à Safî. Faut lui écrire et

lui envoyer les photos de la virée aux sentiers des chèvres et au

volcan.... Te tiens au courant de la suite. Bisouch.

 

Michel : On n'est plus bredouille, et avec un leurre que tu n'aurais

même pas mis au bout de ta ligne, mais celui là, faut que je le garde,

il pêche de tout et de toute taille. Je t'envoie les photos du leurre et

des prises à mon retour. Mes amitiés aux Olonois. Bises à Monique.

Ajouter un commentaire :: Envoyer cet article
Publié à 17:28, le 6/02/2010,
Mots clefs :

Qui suis-je ?

Une transat sur un petit voilier

«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis
Ecrivez-moi
Flux RSS

Liens amis


Où suis-je actuellement ?




Rubriques

Mes amis


Article 2 sur 55
Page précédente | Page suivante